Kenya – assainissement urbain : Bientôt des toilettes intelligentes à Nairobi

Kenya – assainissement urbain : Bientôt des toilettes intelligentes à Nairobi

L’entreprise néerlandaise IHE Delft va installer son système de toilettes intelligentes dans la capitale kenyane pour répondre aux difficultés d’assainissement urbain.

Après les Philippines, IHE Delft Institute for Water Education installe son système d’opération d’assainissement d’urgence (ESOS) à Nairobi. Il est constitué de toilettes qui fonctionnent grâce aux technologies de l’information et de la communication.

En effet, la défécation en plein air, à Nairobi, est un phénomène qui concerne une bonne partie de la population. Dans un rapport conjoint, le Fonds des Nations unies pour l’enfance et le Programme commun de surveillance de l’Organisation mondiale de la santé soulignent que, jusqu’à 30 % de Kenyans utilisent des toilettes insalubres ou communes à plusieurs familles. Cela représente tout de même 21 millions de personnes. Nairobi reste l’un des centres urbains les plus touchés, puisque la capitale rassemble une bonne partie de la population kenyane. Une situation qui rend les quartiers défavorisés insalubres, exposant ces mêmes populations à des risques d’épidémie comme le choléra.

Pour le moment, ces toilettes qui ressemblent à des kiosques téléphoniques ne sont pas encore fonctionnelles. Elles devraient l’être très prochainement. Dans un kiosque, il y a une toilette modulaire intelligente, équipée de capteurs. Ce dispositif technologique permet par exemple de détecter la présence humaine dans l’installation, de mesurer la quantité d’urine, d’effectuer la surveillance automatisée du bon fonctionnement et en particulier de fournir des informations sur le niveau de remplissage. Une fois pleins, les réservoirs peuvent être vidangés et nettoyés pour maintenir un bon niveau d’hygiène. Pour fonctionner correctement, ces toilettes ont besoin d’énergie. Chacune d’entre elles est ainsi équipée d’un panneau solaire et d’une batterie qui permettent d’assurer une disponibilité constante de l’électricité. Les déchets récoltés dans les toilettes vont ensuite servir à fabriquer des engrais biologiques pour l’agriculture. ESOS a été développé avec le soutien de la Banque asiatique de développement, le programme Via Water dont le but est de trouver des solutions innovantes aux problèmes d’approvisionnement en eau potable, et la Fondation Bill & Melinda Gates.

 

Précedent Maroc – Laâyoune : la programmation de l'excédent budgétaire réel de 2018 approuvée
Suivant Décentralisation : Ouverture de la 15ème conférence annuelle du FEICOM

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Mobilité urbaine : Le MINHDU évalue les travaux de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen

Célestine Ketcha Courtès est allée s’enquérir de l’avancement du chantier mercredi 27 mars 2019 dans la capitale.

Actu Afrique

Maroc : La communication territoriale au menu d’un colloque international

La localité de Dakhla du 5 au 7 février 2019, accueillera ce colloque, qui engagera les réflexions sur la communication de proximité.

Actu Afrique

Conseil municipal de Ouagadougou : Recouvrement et taxes locales au menu

Le conseil municipal s’est réuni le 15 janvier 2019 pour la modernisation de la collecte et du recouvrement des taxes locales.

1 Commentaire

  1. Aquaprovence
    janvier 15, 21:38 Reply

    Bonjour,
    Nous travaillons au développement de solution d’assainissement du même type en France pour une solution à l’export.

Laisser un commentaire