Cuy: Le tribut de l’assainissement

Pour Gilbert Tsimi Evouna, la beauté de l’architecture urbaine est tributaire de celle des marchés qui parsèment la cité. C’est pourquoi lors des opérations d’assainissement de la ville de Yaoundé enclenchée courant 2007, les espaces commerciaux ont constitué des points ciblés pour des opérations de casses. Une opération ayant mis en difficulté au moins 8000 commerçants et sauveteurs repartis notamment au marché central et dans ceux d’Ekounou, de Nkol-Eton, de Biyem-Assi, de Mokolo, d’Essos, de Mvog-Mbi et bien d’autres.
Le recasement total des commerçants est prévu pour fin 2011, d’après Pierre Zambo de la Cuy. Il est prévu une construction en escalier de 500 boutiques au marché Mendong (disponibles en mai); 500 boutiques à Etetak-route de Nkolbisson et 1000 boutiques à Mokolo.

En attendant, 107 boutiques sont prêtes au marché Mokolo, tandis que 150 boutiques ont été livrés en décembre 2009 au marché central.

Précedent Ville décentralisée : un espace de droits
Suivant Loi de finances 2012 : mobiliser les recettes propres dans les Ctd

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Benskin: à la naissance du phénomène

Ils sont peu nombreux ceux qui se souviennent de l’origine du mot avec lequel on désigne l’activité de transport urbain par moto. Bref retour sur l’histoire. Au milieu de la

Dossiers

Des premiers résultats satisfaisants

La cérémonie de clôture et la soirée de gala qui a suivi dans la foulée ont mis un terme à une édition porteuse de beaucoup d’espoirs. C’est une cérémonie en

Dossiers

De l’importance des enjeux

Au fil des éditions d’Africités et devant la complexité des problèmes à résoudre, les assises prennent des allures d’assemblées constituantes. C’est simplement parce qu’ils ont conscience d’inventer des solutions auxquelles

1 Commentaire

Laisser un commentaire