Impliquer davantage les jeunes dans la gouvernance locale

Impliquer davantage les jeunes dans la gouvernance locale

La 6e édition de la journée africaine de la décentralisation célébrée le 14 août 2017 à Yaoundé a marqué le début d’une implication plus considérable de la jeunesse.

Le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique compte 11,586 millions de jeunes, soit 53,5% de la population. Selon le ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation chargé des Collectivités territoriales décentralisées, Jules Doret Ndongo, ces jeunes constituent une portion démographique à capitaliser pour le développement des communautés locales du Cameroun. Raison pour laquelle la 6e édition de la Journée africaine de la décentralisation et du développement local les met au centre des réflexions. Le thème de 2017, «Egalité des chances, autonomisation socio-économique et participation des jeunes à la gouvernance locale et au développement local en Afrique », met en exergue la participation de la jeunesse, conformément à l’aspiration N° 6 de l’agenda 2063 de l’Union africaine.
Jules Doret Ndongo souligne le travail des pouvoirs publics pour l’implication des jeunes dans la gestion de la cité. « Le gouvernement est à l’œuvre depuis plusieurs années pour la promotion de la jeunesse. A côté de tout un ministère dédié aux jeunes, plusieurs autres ministères pilotent des projets avec des résultats satisfaisants en ce qui concerne la promotion socio-économique, l’éducation et la formation des jeunes », rassure t-il.
D’après le code électoral du 19 avril 2012, la constitution des listes pour l’élection des conseillers municipaux doit tenir compte des composantes sociologiques de la commune en question, aussi bien que l’approche genre. Donc au final, le texte encourage l’implication des jeunes à la gestion des affaires locales. Dans le même sillage, le président national de l’association des Communes et villes unies du Cameroun (CVUC), Gilbert Andze Andze fait un plaidoyeren faveur de la jeunesse camerounaise pour que celle-ci soit associée à l’implémentation des politiques de développement local.

Précedent 400 milliards pour la décentralisation au Cameroun en 7 ans
Suivant Djibouti : l’Union Européenne et l’AIMF signent un partenariat pour renforcer les autorités locales

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 97 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

AIMF : Les maires planchent sur le vivre ensemble

Beyrouth a accueilli, du 28 au 30 septembre 2016 quelques 300 maires francophones et experts sur le thème « Construire la ville du vivre ensemble » dans le cadre de son assemblée générale annuelle.

Actu Cameroun

NDELELE: Plus de 713 millions FCFA attendus en 2015

L’ambition de cette commune située à 100 Km de Batouri dans le département de la Kadey porte sur les projets sociaux et économiques. Ce budget connait une augmentation significative par

Actu Cameroun

Police : Une brigade pour les écoles

Au Cameroun, l’on connaissait certaines sections spécialisées de la police camerounaise opérant à l’intérieur des frontières nationales. Notamment : le Groupement mobile d’intervention (GMI), le Groupement spécial d’opération (GSO) et la

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire