Gestion des marchés : pourquoi ça coince?

Ce mois, Villes & Communes a choisi de vous accompagner dans la compréhension d’une question complexe qui témoigne d’un type de préoccupation que pose le processus de décentralisation et que les parties prenantes doivent solutionner devant le flou de la loi : la gestion des marchés.

Les dernières semaines ont été marquées par une certaine effervescence autour de la gestion des marchés. A Douala, Yaoundé ou encore Bafoussam, de vives tensions ont été notées dans les rapports entre les Communautés urbaines et les communes d’arrondissement ou les commerçants. Dans un cas, il est question de savoir qui de la CU et des CA gère certains marchés ; dans l’autre, c’est un problème de définition des montants de loyers dans une situation où les locaux ont été construits par les commerçants. Dans une troisième situation, il s’agit d’un déguerpissement sans solution de rechange. Au moment où le processus de la décentralisation trace de nouvelles pistes de compétences pour les exécutifs locaux, les crises de la gestion des marchés trahissent un certain chaos. Et pour cause, les marchés municipaux sont au centre de nombreux intérêts pour l’administration fiscale comme pour les municipalités. Pour l’une, il s’agit d’atteindre les objectifs de la hiérarchie qui fonctionne avec des cahiers de charges à remplir.

Pour l’autre, pour reprendre le mot d’Ernest Folefack, universitaire, « le marché comme service collectif contribuant au développement économique local a perdu toute signification au profit de son intérêt pour le budget de la commune (location des locaux et droits des places) mais aussi un enjeu de pouvoir car l’attribution des locaux et autres places est au centre des enjeux des commerçants, et la gestion non démocratique transforme ces enjeux en un atout pour l’enrichissement des gestionnaires au détriment du bien public et la qualité du service collectif ».Que prévoit la loi ? Qui fait quoi ? Cette enquête fait le tour de la question.

Précedent « Etre les inventeurs de l’avenir »
Suivant Yaoundé : Contestation et concertation au menu des marchés

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 301 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Recrutement des RH : Comment les Maires procèdent-ils ?

Cette quinzaine, Villes & Communes a choisi de vous accompagner dans la compréhension d’une question complexe qui témoigne d’un type de préoccupation que pose le processus de décentralisation et que

Dossiers

Sommet : de l’exigence des élus

S’il était encore besoin de le prouver, les discours de Dakar ont démontré qu’un autre son de cloche s’entend à la base et il peut influencer les sommets du pouvoir.

Dossiers

Bangangté: Premier séminaire Erela

Organisé du 01 au 14 août 2012 dans les locaux du Collège évangélique Thomas Noutong de Bangangté, le premier séminaire des Ecoles rurales électroniques en langues africaines (Erela) a réuni

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire