Accord de Paris : Le Cameroun rentre dans le financement-climat de l’AFD

Accord de Paris : Le Cameroun rentre dans le financement-climat de l’AFD

Le Ministre camerounais de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable, Hele Pierre, a signé le 10 juin 2019 à Yaoundé, un protocole d’entente sur la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le financement du climat, avec le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD), Benoît Lebeurre, en présence de S.E. Gilles Thibault, Ambassadeur de France au Cameroun.

Depuis l’adoption en décembre 2015 de l’accord de Paris, sur le réchauffement de la planète, les pays développés et ceux en développement ont reconnus la nécessité de mener désormais des actions conjointes pour faire face aux urgences climatiques ; au-delà des mesures ambitieuses de réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui sont responsables principalement du dérèglement climatique.

C’est ainsi que l’Agence Française de Développement a lancée depuis 2017, un programme de facilité d’adapt’Action, sur 04 ans, qui vise l’adaptation aux changements climatiques de 15 pays en voie de développement, parmi lesquels le Cameroun ; avec une enveloppe globale de 30 millions d’euros. Ce programme cible essentiellement les Etats africains, les moins avancés ; et les petits Etat insulaires ; avec au menu des activités d’assistance technique et de renforcement des capacités institutionnelles dans le montage des projets finançables ; afin de bénéficier des financements climat, à la fois de l’Agence Française de Développement et d’Expertise France.

Conformément à la stratégie Climat-développement 2017-2022, qui vise à terme de faire de l’AFD, la toute première banque de développement et de financement des activités à « 100% Accord de Paris » ; contribuant ainsi à la redirection des flux financiers et des investissements vers le climat.

A cette occasion, le Ministre Hele Pierre, a présenté à ces partenaires financiers, le fort potentiel  naturel et humain, de son pays le Cameroun ; et la nécessité d’accompagner le Gouvernement dans sa politique nationale de mise en œuvre de l’accord de Paris, sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment dans le secteurs des industries extractives, les transports, ou encore la forêt.

Selon le Ministre, les priorités du Plan national d’adaptation aux changements climatiques du Cameroun (PANA), se déclinent sur les 04 axes que sont : l’amélioration des connaissances sur les changements climatiques ; l’information, l’éducation et la mobilisation de la population camerounaise ; la réduction de la vulnérabilité des secteurs majeurs de l’économie et dans chaque zone agro-écologiques du pays ; et l’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans les stratégies et les politiques sectorielles.

Les retombées directes et indirectes de l’accord de Paris seront désormais perceptibles au Cameroun dans les tous prochains jours, avec la signature de ce protocole d’entente avec l’AFD. Car le Cameroun reste et demeure l’un des maillons fort de l’Afrique sub-saharienne, en matière de protection de l’environnement et de développement durable.

Source: Samuel Bondjock

Précedent Fiscalité africaine : L’urgence du continent à se saisir de l’économie numérique
Suivant Aménagement routier: La trésorerie de l’Etat plombe les grands travaux

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 930 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu

Sénégal : La condamnation de l’ex-maire Khalifa Sall à nouveau confirmée

Le verdict de la cour suprême est tombé, le 09 janvier 2019.

Actu Afrique

Sénégal – Commune de Pikine-Est : 3,2 milliards F Cfa pour l’assainissement

Le maire Issakha Diop a exprimé samedi 12 janvier 2019, son satisfaiscit auprès du président Macky Sall en faveur du développement de sa commune.

Actu Cameroun

Développement local: Ngaoundéré accueille bientôt une maison de charcuterie

C’est dans le souci d’assainir l’assiette économique via la commercialisation de produits charcutiers dans la région que les études de la première phase de mise en place, ont été rendues

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire