Changement climatique : la moitié des points de non-retour atteints plus vite que prévu

Changement climatique : la moitié des points de non-retour atteints plus vite que prévu

En matière de climat, les scientifiques définissent des points de non-retour comme des seuils qui, une fois dépassés, entraînent des changements importants au niveau de notre planète. Et justement, certains d’entre eux seraient d’ores et déjà dépassés, faisant craindre une cascade de conséquences dramatiques.

« Il y a une décennie, nous avons identifié une série de points de non-retour potentiels dans le système terrestre. Les politiciens, les économistes et même quelques scientifiques refusaient de croire qu’ils puissent un jour être atteints. Pourtant aujourd’hui, nous avons la preuve que plus de la moitié d’entre eux ont été dépassés. » C’est le triste constat que partagent des chercheurs dans la revue Nature. En cause, vous l’aurez compris : le réchauffement climatique provoqué par les activités humaines.

Comme c’est le cas pour les émissions de gaz à effet de serre, les pressions augmentent et continuent à s’élever au-delà de niveaux déjà sans précédent. « Mais nous devons aussi reconnaître que nous avons sous-estimé les risques », souligne Johan Rockström, directeur de l’Institut de recherche sur les impacts du climat de Potsdam (Allemagne). Ceux d’une Terre qui finalement semble « autoamplifier » son réchauffement. Et pour définir à quel point, les chercheurs devront encore travailler dur.

Par le passé, les experts pensaient ainsi que pour mettre en danger notre planète, il faudrait atteindre une température de 5 °C supérieure aux moyennes préindustrielles. Ils ont, depuis, revu leur copie. Ils estiment désormais qu’un réchauffement de 1 à 2 °C serait suffisant pour provoquer une cascade de catastrophes.

Limiter nos émissions de toute urgence

Or la température globale est aujourd’hui déjà de 1,1 °C supérieure aux moyennes préindustrielles. Et il est probable que la Terre franchira la barre des +1,5 °C dès 2030. Il n’y a, de toute évidence, plus de temps à perdre pour déclarer un état d’urgence planétaire. Car, à en croire les chercheurs, le réchauffement climatique menace désormais l’existence même des civilisations humaines.

Dressant la liste des effets du changement climatique qui pourraient d’ores et déjà être irréversibles, ils évoquent la fonte de la calotte glaciaire antarctique et la disparition du permafrost arctique qui pourraient provoquer une montée du niveau de la mer de dix mètres. La disparition de larges pans de forêts boréales et de la forêt amazonienne, également, qui entraîne une libération supplémentaire de CO2 dans l’atmosphère. Mais aussi le blanchiment des coraux ou encore le ralentissement du Gulf Stream.

« Il ne s’agit pas d’être alarmiste, remarque Tim Lenton, chercheur à l’université d’Exeter (Royaume-Uni). Même s’il faut désormais agir de toute urgence et que peut-être LE point de non-retour a déjà été franchi, nous avons encore le pouvoir de limiter les risques encourus… en réduisant immédiatement nos émissions ».

Source: futura-sciences

 

Précedent Recrutement 25000 jeunes à la fonction publique : Le MINFOPRA instruit deux semaines pour une régularisation définitive
Suivant Sommet de l'ONU sur le climat: le monde se mobilise

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Monde

Belgique : vingt communes signent la Charte de Milan pour une alimentation durable

Ce sont 20 communes francophones de l’arrondissement de Verviers associées à différents acteurs économiques et de développement durable qui ont signé la Charte de Milan ce 28 février 2018 à

Actu Monde

Vietnam – Changement climatique : Les Journalistes améliorent leurs connaissances

Trente-cinq et rédacteurs du delta du Mékong ont participé du 22 au 24 août 2019, à un cours de formation sur le changement climatique et l’énergie durable.

Actu

France – Cantal : Inquiétude sur la fin annoncée des zones de revitalisation rurale

Afin de favoriser le développement local, les Zones de Revitalisation Rurale ont été créées en 1995. Mais fin 2020 ce dispositif pourrait s’arrêter. Dans le Cantal, les élus sont inquiets.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire