Algérie: bientôt les diplômés universitaires s’impliquent la gestion des structures publiques non exploitées dans les communes

Algérie: bientôt les diplômés universitaires s’impliquent la gestion des structures publiques non exploitées dans les communes

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Nourredine Bedoui a fait état, le 11 mars à Alger “d’une nouvelle méthode de travail permettant l’octroi, aux diplômés universitaires, la gestion des structures publiques non exploitées au niveau des communes”, le projet sera examiné dans les prochains jours par le Gouvernement.

Au cours de son allocution prononcée à l’ouverture d’une session de formation au profit des élus locaux au niveau de l’Ecole nationale d’administration (ENA) “Moulay Ahmed Medeghri”, Nourredine Bedoui a déclaré que “le Gouvernement s’attelle à dégager, assez rapidement mais de manière réfléchie, une nouvelle orientation visant à concrétiser le principe de partenariat entre les structures publiques au niveau local et la ressource humaine”. Ceci, en  ‘’octroyant aux diplômés universitaires la gestion des structures publiques non exploitées”. Le ministre a confié que ce dossier sera étudié lors “d’un Conseil ministériel restreint présidé par le Premier ministre dans les prochaines semaines”.

Ce nouveau procédé s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle dynamique de “délégation” de service public et de changement par rapport à la vision classique de la gestion au niveau local, qui a donné lieu à plusieurs structures non exploitées, a précisé le ministre ajoutant que “cette nouvelle méthode de travail est moderne et vise le rapprochement de la ressource humaine diplômée universitaire de l’institution administrative concernée pour la gestion des structures publiques fermées dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant”.

Par ailleurs, Nourredine Bedoui a demandé aux élus locaux d’accorder à la prochaine rentrée scolaire et sociale “l’importance requise pour qu’elle soit à la hauteur des aspirations du citoyen algérien”, les exhortant à “descendre sur terrain pour superviser les centaines de projets d’établissements éducatifs en cours de réalisation”.

Appelant à “la valorisation des biens publics et au recensement des potentialités”, le ministre a mis en avant “la nécessité d’accélérer l’utilisation des énergies renouvelables et de rationaliser les ressources financières”, faisant état de biens publics non exploités ou mal exploités”.

Evoquant les programmes de formation mis en place par le ministère, la ministre a affirmé que l’objectif est de parvenir à “une commune moderne, numérisée, créatrice de richesse et autonome de la subvention du Trésor public”, estimant que le projet de la stratégie de formation “est d’envergure, durable et adapté à l’évolution des moyens de gestion”.

Dans ce cadre, Nourredine Bedoui a indiqué avoir instruit les cadres du ministère de mettre les potentialités pédagogiques au service des élus locaux et des fonctionnaires au niveau local et central, ajoutant que “le niveau minimum du service moderne escompté au niveau de l’administration électronique n’a pas encore été atteint”.

 

Précedent France: la mission d'information parlementaire sur la décentralisation en visite de terrain en Aveyron
Suivant Décentralisation: Paul Biya prescrit  un chronogramme pour l’accélération du processus

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 97 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Umushyikirano 2018  : Que sont devenues les résolutions de 2017 ?

La 15e édition du Dialogue national annuel du Rwanda s’était achevée sur de grandes attentes. Retour sur leur niveau de réalisation. Présentant le rapport du gouvernement au parlement populaire que

Actu Afrique

Afrique Centrale: les maires et responsables des collectivités renforcent le dialogue avec la CEMAC

200 participants issus du Cameroun, du Congo, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, de République centrafricaine et du Tchad se sont réunis à Libreville pour l’Assemblée constitutive de l’Association des

Actu

Tunisie : Coup d’envoi de l’Assemblée générale de la Fédération nationale des villes

Pour développer une capacité d’analyse approfondie sur la question du renforcement du pouvoir local, la fédération des villes a ouvert un débat lundi 10 décembre 2018.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire