Incendies des marchés : La Cud a pris le pouls

Des constructions et des réhabilitations de marchés envisagées pour « normer » les marchés et résoudre le problème de leur insuffisance.

Décembre 2009. Alors que la fête de Noël se prépare activement dans les familles, le marché central de Douala est consumé par les flammes. Plusieurs commerçants perdent, en quelques minutes, l’essentiel de leur capital. Le feu serait parti d’un mauvais branchement électrique. Quelques mois après, c’est au tour du marché Congo de connaître la visite des flammes. Là, on note une négligence d’un commerçant qui aurait oublié de débrancher un fer à repasser avant de partir du marché. Idem pour le marché de Bonamoussadi dont une partie a été consumée par les flammes en septembre 2010. Face à cette situation, les autorités ont essayé tant bien que mal d’y apporter des solutions.

La Communauté urbaine de Douala, structure en charge des marchés, sur instructions de la préfecture du Wouri, a créé une brigade mixte de sécurisation des équipements publics marchands de la ville de Douala. Les missions de la brigade étaient entre autres de procéder au désengorgement des couloirs, ouvrir les issues latérales dans une distance réglementaire, procéder à la normalisation du réseau et des installations électriques. Ceci, en collaboration avec Aes Sonel, construire, réhabiliter et protéger les bouches d’incendie, libérer les drains et les caniveaux ainsi que les emprises publiques, réguler les constructions des ouvrages et tous les modules commerciaux, interdire la reprise des constructions dans la zone sinistrée du marché Congo, etc. Ce travail a déjà été effectué. Et l’on sait désormais quels marchés sont dans les normes ou pas.

La Cud annonce des projets d’aménagement/extension ou de construction de certains marchés. Cas des marchés de Bonamoussadi, qui prendra pratiquement 2000 boutiques ; New Deïdo A et New Deïdo B qui seront réhabilités et étendus ; Madagascar qui sera étendu en hauteur. Au marché Mboppi, le plus grand, l’on est encore en phase des levées topographiques. Au marché central, des extensions seront faites à partir

du marché des chèvres. Ce qui créera 1500 boutiques de plus. «Les études pour tous ces marchés sont presque bouclées. Des opérateurs économiques se sont déjà présentés pour bon nombre de ces projets. Nous allons faire un peu comme Yaoundé. Ces opérateurs qui ont des financements suffisants viendront construire le marché et nous aurons un certain nombre d’arrangements avec les commerçants et ces opérateurs. Avant la fin de cet exercice, Douala va connaître enfin le début du renouveau des marchés», confiait à propos, Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement.

Précedent Douala : plus de clarté dans la gestion des marchés
Suivant Handicap : pour des villes plus inclusives

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 288 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige www.villesetcommunes.info et présente l'émission de télévision www.villesetcommunes.tv

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Le nouveau bureau de Cglua

L’assemblée générale élective de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (Cglua) s’est tenue le 07 décembre 2012 dans l’amphithéâtre du palais des congrès de l’hôtel King Fahd Palace. Le bureau

Dossiers

Medellin: investir dans l’éducation et la culture

L’investissement public de la commune de Medellin vise à sortir les pauvres des conditions de vies défavorables présentées comme des causes principales de la criminalité. Cartel de la drogue, violence,

Dossiers

Gestion des marchés : pourquoi ça coince?

Ce mois, Villes & Communes a choisi de vous accompagner dans la compréhension d’une question complexe qui témoigne d’un type de préoccupation que pose le processus de décentralisation et que

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire