Langues nationales: Bon à savoir

Cadre juridique et légal de l’enseignement des langues nationales

Le cadre juridique favorable à l’émergence de cette philosophie est porté par la totalité des textes de lois promulgués ces deux dernières décennies sur l’éducation au Cameroun, à savoir :

  • La Loi No 96-06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution du 2 juin 1972 ;
  • La Loi No 98/004 du 14 avril 1998 d’Orientation de l’Éducation au Cameroun ;
  • La Loi No 005 du 16 avril 2001 portant Orientation de l’Enseignement Supérieur ;
  • La Loi No 2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes ;
  • La Loi No 2004/019 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux régions.
  • 20 Décembre 1973: Création du CEPOM (Comité de Langue pour l’Étude et la Production des Œuvres Bamiléké- Mә̀dʉ̂mbὰ) à l’École Normale Supérieure de Yaoundé.
  • De 1978 à 1981: Phase préparatoire du programme PROPELCA (Programme de recherche opérationnelle pour l’enseignement des langues au Cameroun)
  • Février 1996: Création de l’ANACLAC (Association nationale des Comités de langues camerounaises), une fédération de plus de 80 associations de développement des langues nationales.
  • 2005: Année d’initiation du Programme ERELA par le professeur Maurice Tadadjeu à la veille de la 2ème phase du Sommet mondial de la société l’information (SMSI) à Tunis
  • 03 septembre 2008: Création du Département et Laboratoire de Langues et cultures camerounaises de l’École normale supérieure de Yaoundé par Arrêté N°08/223/MINESUP/DDES
  • De 2009 à 2010: Phase de création du PACC (Pan. African Cultural Center)
  • 20 Août 2010: Date de légalisation du Pan. African Cultural Center sous le N° 33/RDA/F36/SAAJP, avec son siège social à Bangangté.
  • 12 janvier 2011: Création de l’Institut d’Afrique-Unie (IAU) par Arrêté N° 11/0038/MINESUP.
  • Février 2011: Création de l’École de Médecine et de Pharmacologie Africaine (EMPA) de l’IAU, localisée dans le campus principal à Dschang

Chronologie des dates importantes

20 Décembre 1973: Création du CEPOM (Comité de Langue pour l’Étude et la Production des Œuvres Bamiléké- Mә̀dʉ̂mbὰ) à l’École Normale Supérieure de Yaoundé.

De 1978 à 1981: Phase préparatoire du programme PROPELCA (Programme de recherche opérationnelle pour l’enseignement des langues au Cameroun)

Février 1996: Création de l’ANACLAC (Association nationale des Comités de langues camerounaises), une fédération de plus de 80 associations de développement des langues nationales.

2005: Année d’initiation du Programme ERELA par le professeur Maurice Tadadjeu à la veille de la 2ème phase du Sommet mondial de la société l’information (SMSI) à Tunis

03 septembre 2008: Création du Département et Laboratoire de Langues et cultures camerounaises de l’École normale supérieure de Yaoundé par Arrêté N°08/223/MINESUP/DDES

De 2009 à 2010: Phase de création du PACC (Pan. African Cultural Center)

20 Août 2010: Date de légalisation du Pan. African Cultural Center sous le N° 33/RDA/F36/SAAJP, avec son siège social à Bangangté.

12 janvier 2011: Création de l’Institut d’Afrique-Unie (IAU) par Arrêté N° 11/0038/MINESUP.

Février 2011: Création de l’École de Médecine et de Pharmacologie Africaine (EMPA) de l’IAU, localisée dans le campus principal à Dschang

Précedent Langues nationales : en attendant le gouvernement
Suivant Plurilinguisme en milieu scolaire et universitaire

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 299 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Sommet : de l’exigence des élus

S’il était encore besoin de le prouver, les discours de Dakar ont démontré qu’un autre son de cloche s’entend à la base et il peut influencer les sommets du pouvoir.

Dossiers

Umushyikirano 2018 : Kagame appelle à ne pas perdre la tête

Pas moins de 3000 personnes se sont retrouvées au Kigali Convention Center autour du chef de l’État rwandais, qui en faisant le bilan de son action a interpellé ses concitoyens.

Dossiers

Africités 2018 : Nouveau record de participation

L’édition 2018 du Sommet Africités a accueilli 10 000 participants. Nouveau record. Dès la journée du 23 novembre 2018, les organisateurs du 8e Sommet Africités savait qu’une page d’histoire venait

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire