S’unir pour le financement des projets

C’est la formule proposée par le gouvernement et les acteurs de la société civile aux magistrats municipaux afin d’assurer le bien être des populations.

Depuis la mise en place du processus de décentralisation marquée par le transfert de compétence, les élus locaux éprouvent de nombreuses difficultés à soutenir leurs actions de développement. Le colloque tenu du 7 au 8 juin 2011 à Yaoundé, sous l’impulsion du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd), la société civile et la Coopération allemande avait pour but de dénouer écheveau. C’est donc l’intercommunalité qui a été choisie comme mode opératoire. Il s’agit de créer un cadre de solidarité entre communes dans la recherche de financement des projets de développement local. Selon les autorités du Minatd, cette initiative se présente comme une planche de salut pour les communes. Pour ce faire M. Marafa Hamidou Yaya, Minatd, recommande «l’implication forte, l’engagement effectif et la détermination constante de l’ensemble de la communauté des collectivités et de leurs partenaires ».

Au travers d’exposés durant les deux jours des travaux, les thèmes comme l’intercommunalité transfrontalière, la présentation du projet de guide sur la question, plusieurs informations ont été portées à l’attention des magistrats municipaux. Ce colloque marque ainsi, selon Philipp Roessler, chargé d’affaire par intérim à l’ambassade d’Allemagne, une étape importante dans le processus de décentralisation. Pour le Minatd, il s’agit d’un engagement fort des autorités gouvernementales visant le renforcement accru de la solidarité locale avec pour objectif affiché d’impulser de manière réelle, certaine et participative la dynamique du développement local. Déjà, le 26 avril 2011, le Premier ministre avait signé un décret fixant les modalités de la coopération décentralisée. Bien avant, la loi 90/30 de 1974, laissait entrevoir les signes de coopérations entre deux ou plusieurs communes du pays. Le but avoué étant de résoudre les préoccupations locales comme l’accès à l’eau potable, à l’électricité ou encore le développement des infrastructures routières.

Précedent La loi des finances 2011 en question
Suivant « L’université a quelque chose à apporter »

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Bénin: Un mois pour la gouvernance locale

La principale innovation introduite au Bénin est l’instauration d’un mois de la gouvernance locale. Le ministre béninois de la Décentralisation, de la Gouvernance locale, de l’Administration et de l’aménagement du

Dossiers

la guerre du droit à la Communauté Urbaine de Douala: que dit la loi

A la lecture de l’article 40 alinéa 7 du Code du travail, « Les délégués du personnel ne peuvent être licenciés que si leur emploi est supprimé et après autorisation de

Dossiers

Au cœur des finances locales

S’il y a bien un sujet sur lequel tout le monde sonde les maires et qui les divise avec le gouvernement, c’est celui de l’argent. Le colloque a permis de

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire