Initiative: Une équipe de militants

Initiative: Une équipe de militants

Derrière le programme Erela se cachent des hommes et femmes qui croient dur comme fer que le salut de l’Afrique passe par une meilleure appropriation des langues nationales.

L’équipe que conduit le professeur Maurice Tadadjeu est formée des hommes et femmes de langues aux compétences avérées, pour un projet aux ramifications internationales sur plusieurs continents. Et Lydie Seuleu est une véritable plaque tournante de cette grosse machine internationale (cf. son interview p.7).

Le centre Anaclac regroupe plus de 80 académies de langues nationales. Et chacune d’elles est représentée par des antennes à travers le triangle national et hors des frontières. Dans la région de l’Ouest, le Cepom forme les jeunes à l’apprentissage des langues Bamiléké. Une formation exigeante qui prend en compte l’élaboration et la publication des documents d’études scientifiques des langues enseignées (notamment le Məd̀ ʉm̂ bα parlée dans le département du Ndé), l’organisation des cours d’alphabétisation et la participation aux regroupements culturels et linguistiques nationaux et internationaux. Les Serbames (sessions de formation de 7 jours chacun pour 68 heures de cours effectifs) constituent la racine portante de l’activité du Cepom dont Omer Kuimi est responsable.

Dans le grand Mbam, Mme Patty Bebe qui y coordonne le projet et en fait la promotion à l’étranger où elle réside, s’est fixée comme objectif l’enseignement et la maîtrise des langues des départements du Mbam-et-Kim et du Mbam-et-Inoubou. Car cela à long terme sera une source d’emplois. Bien que l’éducation soit une des responsabilités de l’Etat, MmeBebe dit compter sur des initiatives privéespour équiperles établissements en sallesmultimédiadans le cadrede ce projet. Le programmeErela dans lapartie septentrionale dupays est pilotépar le Pr Etienne Sadembouo. Dans cette aire linguistique, il porte sur les langues suivantes : le Mafa, le Mofugudur, le Mufuduvanga, le Pododro, le Giziga, le Baba. Il s’est étendu, ensuite à d’autres «langues sans application contrôlée sur le terrain: le Moundang, le Tupuri, le Massa», selon le mot du Pr. Sadembouo. «La société internationale de linguistique au Cameroun intervient dans la formation et le recyclage des superviseurs locaux. La collaboration avec le diocèse de Maroua Mokolo est bonne, le diocèse ayant financé le centre Anaclac sur tous les plans : experts, formateurs, encadreurs locaux, enseignants et superviseurs», souligne-t-il.

Le programme Propelca dans l’ensemble du grand Nord a fonctionné dans au moins une école et quelque fois dans plusieurs. Même si tout l’environnement des écoles n’était pas coopératif et que certains enseignants formés hésitaient quant à l’application rigoureuse du programme, les résultats sont positifs. «Le succès et les résultats fulgurant des enfants des classes expérimentales ont consolidé l’adhésion des autorités éducatives au programme», précise le directeur des Affaires académiques et pédagogiques du comité de langue dénommé Association Nufi.

Dans le ressort de la Lékié, le projet Erela est très mal connu et donne un sentiment mitigé. «Plusieurs fils de la Lékié, ne savent pas à quoi sert encore d’apprendre l’Eton à un fils de la Lékié alors qu’il le parle déjà. Or, c’est une erreur», fait savoir Félix Kama, comédien camerounais installé en Allemagne et Coordinateur international pour ce département où l’on parle l’Ewondo, l’Eton, le Manguissa et l’Ati. Car, si beaucoup parlent, très peu savent écrire. Et le projet Erela n’apprend pas seulement à parler et écrire une langue, il va bien au-delà. L’objectif est de conjuguer l’apprentissage de la langue avec la maîtrise de l’outil informatique.

Au demeurant, de l’Ouest au Nord en passant par le Lékié et le mbam, les difficultés sont les mêmes. Si pour M. Kuimi « nos enfants sont comme des chauves-souris, partagés entre une culture occidentale qu’ils ignorent et une culture africaine qu’ils ont presque reniée», le Cepom a de manière inexplicable mauvaise presse auprès de l’élite du Ndé, notamment dans la diaspora. Dans la Lékié, les élites et le gouvernement «jouent les démagogues. De belles promesses, des montagnes d’encouragements, mais des discours aux actes, on se perd dans un fossé de camerouniaiseries». De surcroît, les difficultés humaines abondent, car «il est difficile de fédérer des hommes autour d’un projet bénévole» soupire M. Kama.

Erela Sadembouo Pr. Etienne Sadembouo, Directeur Affaires académique et pédagogiques de Nufi

Enseignant à l’Université de Yaoundé 1, et Chef de département de Langues et cultures africaines à l’Iau, il pilote le projet Propelca dans le grand-Nord.

Erela Bitjaa Pr. Zachée D. Bitjaa Kody, Chef du Département de Langues et Cultures Camerounaises à l’ENS

Élaborateur des programmes d’enseignement de la série Langues et Cultures camerounaises à l’Ecole normale supérieure.

Lydie Seuleu Lydie Seuleu Tchok’sâ, Fondatrice du Pacc

Fondatrice du Pan African Cultural Center (Pacc) et Promotrice du Prix panafricain de la littérature avec une écriture africaine existante (Ppleae).

Dr. Jacques Bassock Dr. Jacques Bassock, Conseiller pédagogique, Pacc

Conseiller pédagogique Pacc, spécialiste et promoteur du plurilinguisme en milieu scolaire et universitaire en Afrique.

Félix Kama Félix Kama Conseiller pédagogique, Pacc

Conseiller pédagogique Pacc et Coordinateur international pour le département de la Lékié (Ewondo, Eton, Manguissa, Ati)

Patty Bebe Patty Bebe,Coordinatrice internationale, Erela

Fondatrice de Tricia Consulting & Services, elle est coordinatrice internationale Erela pour le Grand-Mbam (Inoubou & Kim)

Laurence Ngoumamba Laurence Ngoumamba, Coordinatrice technique, Erela

Assistante à l’Iau, et responsable de la coordination des projets communs (Anaclac-Dlcc-Pacc), elle est coordinatrice nationale technique et scientifique d’Erela.

Omer Kuimi Omer Kuimi Tatchou, Chargé des projets, Pacc-Cepom

Président du Conseil académique du Cepom à Bangangté et Responsable des projets Pacc-Cepom pour l’aire Diba bô Ngùm

Et les autres…

  • Sa Majesté Bruno-Magloire Ebassa
  • Julienne Messingono
  • Eloi Bela Ndzana
  • Moïse Kibassa Otoke
  • Marthe Joljonné
  • Etienne Guinbé
  • Thomas Jebba
  • Dorothée Danedjo Fouba
  • Gabriel Sintat Sintat
  • André David Njock
  • Joseph Roger Ndjonmbog
  • Marc Makong ma Se
  • Mispa De Momha II…
Précedent Plurilinguisme en milieu scolaire et universitaire
Suivant "Réussir à véhiculer notre vision du monde, le know-how ancestral"

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 343 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il a dirigé le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la WebTv www.villesetcommunes.tv de 2011 à 2020.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Municipales 2020 : Avec 316 communes, le Rdpc bat son record de 2013

303 communes en 2007, 305 communes en 2013, 316 communes en 2020. Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) verrouille la carte communale dans un contexte marqué par diverses crises,

Dossiers

Africités 2012: « On veut du business !»

Le président-maire de Cotonou, Nicéphore Soglo, a enthousiasmé la foule pendant son allocution lors de la cérémonie d’ouverture le 04 décembre 2012. L’ancien président du Bénin et maire de Cotonou,

Dossiers

Journée Mondiale de l’Habitat 2019 : Le Cameroun se prépare pour l’acte 33

En prélude à la célébration de la JMH 2019 dont Yaoundé sera hôte, le Ministère de l’habitat et du developpement urbain a présenté à la presse le 25 septembre 2019

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire