Gabon: Le Chef de l’Etat Ali Bongo reçoit les maires

Gabon: Le Chef de l’Etat Ali Bongo reçoit les maires

Le Président de la République Gabonaise a reçu le 2 Mai 2019, au Palais situé au bord de mer, les maires des communes de Libreville, d’Akanda, d’Owendo ainsi que des 8 autres chefs-lieux des provinces du pays.

À cette occasion, il leur a rappelé que le développement d’un pays n’était pas le seul apanage de l’Etat central mais qu’ils avaient, en ce domaine, un rôle déterminant à jouer. Le Président de la République a réaffirmé sa volonté de mettre en œuvre une décentralisation « effective et ambitieuse », et instruit le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Julien NKOGHE BEKALE, de veiller à ce que les textes sur les transferts de compétences et de ressources aux collectivités locales gabonaises soient prêts en vue de leur mise en œuvre imminente. Partout sur le territoire, a expliqué le Chef de l’Etat, les attentes des concitoyens sont grandes que ce soit en matière de foncier, de transport, de salubrité ou d’éclairage et, naturellement, d’emploi.

Le Président Ali Bongo a par ailleurs exprimé sa volonté d’accélérer la mise en place du Fonds d’Initiative Départementale (FID) afin de dynamiser le processus de développement des collectivités locales, d’offrir des perspectives d’emplois aux jeunes et ainsi freiner l’exode rural.

On se souvient que le 31 décembre 2017, à l’occasion de son discours à la Nation, le Président gabonais Ali BONGO ONDIMBA avait annoncé la création dès 2018 d’un Fonds d’initiative départementale afin de favoriser un financement pérenne et équilibré du développement des 48 départements que compte le Gabon. Pour chaque département, il avait annoncé une enveloppe annuelle de 1 milliard FCFA soit 48 milliards FCFA par an au total.

Il faut dire que malgré l’existence des Communes et des Conseils départementaux, la décentralisation, pourtant amorcée dès les années 90’ au Gabon, tardait à être effective, en raison des réflexes « jacobins » de l’Etat central. La Loi organique n°001/2014 du 15 juin 2015 relative à la décentralisation et les textes subséquents, avaient pourtant donné une impulsion nouvelle à cette réforme, mais les compétences desdites collectivités n’ont pas été suffisamment clarifiées et les ressources sont demeurées limitées, bien qu’on trouve des communes qui cumulent des budgets importants, à l’instar de Libreville, qui dépasse les 28 milliards de FCFA.

Désormais, les pouvoirs publics gabonais, en tête desquels le Président de la République, Chef de l’Etat, sont déterminés à rendre la décentralisation effective et ambitieuse, afin de faire jouer aux territoires, leur rôle de bras séculier efficace de l’Etat dans le développement intégral et durable, de ce pays d’un peu plus de 2 millions d’habitants.

source: Vie de communes

Précedent Villes résilientes: La première assemblée générale d'ONU-HABITAT annoncée
Suivant Commune de Yaoundé 2ème : Tenue d’un séminaire de formation en faveur de la jeunesse

Auteur

Manfred Essome
Manfred Essome 933 Articles

Intéressé par les questions internationales, il a pris ses marques en radio et télévision.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Panne d’électricité à Yaoundé : La fin du calvaire

Le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, était une fois de plus sur le chantier de réhabilitation du poste BRGM de Melen, vendredi 23 Aout 2019, accompagné

Actu

Résilience: les municipalités de l’Extrême Nord en conclave

Les cadres communaux en charge du montage et de l’exécution des projets de ces collectivités territoriales décentralisées en formation du 22 au 26 mai 2018 à Maroua. Ouvert par le

Actu

Région de l’Extrême-Nord : 43 000 élèves du CM2 sans actes de naissance!

L’acte de naissance est indispensable pour la composition des dossiers du certificat d’études primaires (CEP), qui se déroule du 11 au 12 juin 2019. L’absence de ce document annonce des

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire