Gouvernance : L’UA lance la décennie de l’état civil

Gouvernance : L’UA lance la décennie de l’état civil

La Conférence Ministérielle sur la promotion de l’utilisation de l’état civil et des statistiques de l’état civil en appui à la bonne gouvernance en Afrique s’est tenue du 9 au 13 février 2015 en Côte d’Ivoire à l’initiative de l’Union Africaine (UA).

2015 – 2014. C’est la période retenue par l’Union Africaine pour améliorer les statistiques et la planification sur le continent. L’option choisie repose sur les données à partir de l’état civil. De nombreux défis sont donc attendus pour la décennie qui commence. Afin qu’à l’avenir, « à travers l’enregistrement des faits d’état civil, l’Afrique soit à même de planifier l’avenir de ses propres citoyens et de répondre de façon appropriée à leurs préoccupations », souligne d’entrée de jeu Dr. René N’guettia Kouassi, Directeur des Affaires Economiques de la Commission de l’Union Africaine (CUA), pour montrer l’importance de cette conférence qui sera déterminante pour l’avenir du Continent. Un ancrage économique qui se traduit aussi par la participation des responsables de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, la Banque Africaine de Développement (BAD) à cette 3ème Conférence ministérielle organisée à Yamoussoukro par le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire.

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Hautcommissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Plan International, le Réseau INDEPTH et le Secrétariat du Symposium Africain pour le Développement de la Statistique assuré par « Statistics South Africa », ont également pris part aux travaux. Avec pour objectif de faire l’inventaire des progrès réalisés dans le cadre du Programme africain d’amélioration accélérée de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’état civil. Il s’agissait aussi de donner des orientations pour faire face aux différents défis rencontrés lors de la mise en œuvre des résolutions prises en 2010.

Outre ces objectifs rétrospectifs, la Conférence s’est penchée aussi sur la question d’amélioration de la bonne gouvernance sous ses différents aspects, notamment la réalisation des droits humains, politiques, économiques, l’amélioration des prestations de services et des exemples de pratiques. À cet effet, les participants ont statué sur les politiques et actions programmatiques pour la prochaine étape de mise en œuvre d’un Plan régional à moyen terme.

Utiliser les TIC

Sur la méthode d’enregistrement, le représentant de la Banque Africaine de Développement a mis l’accent sur l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication par les différentes administrations des pays africains. « Pour plus d’efficacité, les nouvelles technologies, de même que l’approche genre et l’action synergique des différentes parties prenantes doivent renforcer la bataille contre le scandale de l’invisibilité en Afrique.» Une stratégie qui doit, selon la BAD, être intégrée dans la stratégie nationale de développement de la statistique » dans chaque pays. Cette Conférence ministérielle organisée par l’Union Africaine est la suite logique de la première réunion organisée en août 2010 à Addis-Abeba, en Ethiopie. Elle avait reconnu l’importance de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’état civil (CRVS) et l’a identifié comme l’un des impératifs majeurs pour le développement de l’Afrique. Par la suite, par des résolutions ministérielles, les chefs d’Etat et de Gouvernement ont institué cette Conférence ministérielle lors du Sommet de l’Union Africaine de janvier 2012. Elle se déploie désormais comme l’organe statutaire de la Commission de l’Union Africaine (CUA).

Cette instance panafricaine se réunit tous les deux ans. En septembre 2012, lors de la seconde Conférence des Ministres Africains en charge de l’Etat civil qui s’est tenue à Durban en Afrique du Sud, les ministres ont réitéré l’importance continue de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’état civil (CRVS) pour l’avancement de l’agenda de développement de l’Afrique qui comprend entre autres, l’accélération de l’intégration régionale, la réalisation des priorités du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), un cadre stratégique pour le développement socioéconomique panafricain de l’Union Africaine et les Objectifs du millénaire pour le développement, souligne un communiqué de l’Union Africaine à l’endroit des médias. En matière de résolutions, les représentants des Etats du continent avaient, dans leur déclaration finale, présenté le rôle central que jouent les systèmes de CRVS dans la gouvernance et le développement économique. Ils y fondaient aussi l’espoir de l’amélioration de l’accès aux services de base à tous les niveaux, y compris dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement prévus cette année. Plus encore, la session de la Conférence ministérielle de 2012 y voyait une place incontournable de ce processus dans la vie quotidienne des populations aussi bien au plan social, politique qu’économique.

Précedent Basile Tchoundjeu Commerçant “Les autorités ne s’intéressent pas à nos problèmes”
Suivant Insalubrité : L’exposition “Sois Clean” dans sa phase II

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 299 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige le journal en ligne www.villesetcommunes.info et la chaîne de télévision www.villesetcommunes.tv.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Mali – législatives : Ag Erlaf coupable de conspiration contre l’Etat

Le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, a avoué le 6 octobre 2018, faire obstacle pour un report des législatives. Le ministre de l’Administration territoriale

Actu Afrique

Éthiopie : Le parlement propulse une femme à la tête du pays

La diplomate et ancienne ambassadrice en France Sahle-Work Zewde, a été portée Chef de l’Etat le jeudi 25 octobre 2018. Pour la première fois, une femme a été portée à

Actu Afrique

Mali : La mairie de Bamako 3 interdit la marche des syndicats de la police nationale

Informée de l’action des syndicats de la police nationale le 22 novembre 2018 pour réclamer leur droit, la mairie a opposé une fin de non-recevoir à l’action des policiers. L’organisation

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire