Basile Tchoundjeu Commerçant “Les autorités ne s’intéressent pas à nos problèmes”

Basile Tchoundjeu Commerçant “Les autorités ne s’intéressent pas à nos problèmes”

Nous ne sommes pas contre les déguerpissements de la police municipale. Le plus important est qu’on recase les gens avant de les déguerpir. Mais on a l’impression que les hautes autorités ne s’intéressent pas suffisamment aux problèmes des acteurs du secteur informel. Alors que c’est ce dernier qui booste l’économie de plusieurs pays. Nous faisons des propositions pour nous organiser et mettre fin aux descentes violentes et barbares de la commune et la communauté urbaine, mais tout reste sans grands effets. Néanmoins on continue d’attendre le jour où l’Etat comprendra notre importance et réagira favorablement.

Précedent André Fotso, Président de l’Association nationale des opérateurs du secteur informel pour la lutte contre la pauvreté (Anosilp), antenne de Mokolo
Suivant Gouvernance : L’UA lance la décennie de l’état civil

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Focus

Politique : le conseil constitutionnel en place pour 6ans

Le  président de la République Paul Biya nomme ce 07 février 2018 le premier président de l’histoire Clément Atangana et les 10 autres membres du Conseil constitutionnel. Le 07 février

Focus

Appui aux Ctd : Pro-Adp se mijote

Le Programme national de développement participatif (Pndp) a réuni en atelier ses cadres régionaux en charge de la formation et du renforcement des capacités à Kye-Ossi du 07 au 11

Focus

Conseil constitutionnel : il était temps !

Attendue depuis 22 ans, l’institution vient compléter l’architecture institutionnelle du Cameroun. Alors que les législatives, sénatoriales et présidentielles, dont elle assure le bon déroulement sont programmées en 2018. Le conseil

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire