Benskin: à la naissance du phénomène

Ils sont peu nombreux ceux qui se souviennent de l’origine du mot avec lequel on désigne l’activité de transport urbain par moto. Bref retour sur l’histoire.

Au milieu de la décennie 1980, un opérateur économique originaire du département des Bamboutos dans la région de l’Ouest-Cameroun, décide d’explorer de nouveaux horizons. A la base, il importe des motos d’occasion du Japon, notamment des Suzuki. Cela lui donne déjà un avantage considérable sur les concessionnaires qui proposent des motos japonaises au prix moyen de 1,5 million de Fcfa.

Il ne le sait pas encore, mais quand Jean Rostin Tchinda qui a décliné notre invitation à compléter les informations collectées autorise son neveu, Célestin Tagou, à mettre en location-vente des motos aux jeunes désœuvrés Mbouda de Bepanda dans la deuxième moitié des années 1980, il vient de lancer le phénomène«Benskin».Beaucoup en ontsans doute perdu lesouvenir, mais lemot «benskin» quisera popularisé avecla chanson à succèsd’André Marie Talasortie en 1993 et surtout le groupe Kouchouam Mbadacréé au milieu desannées 1990, avaitété donnée aux premières motos utilisées pour le transport urbain. Il s’agitdes Suzuki FR 50 qui, de manièreassez curieuse,avaient donné auxhabitants de Douala l’impression d’une personne courbée aux sales besognes? Puis vient l’époque des Suzuki FR75, toujours des motos qui vivent une deuxième jeunesse en Afrique après avoir fait le bonheur de la société nippone.

Mais c’est incontestablement avec la Suzuki K50 que l’activité de conducteurs de mototaxi va connaître un essor singulier. Surnommé «chien noir», ce modèle fera longtemps le bonheur des «benskineurs» et des populations de la capitale économique avant la déferlante des Kymco, Timo, Lifang, Boxer et surtout Sanili et Nanfang.

Le temps sans doute pour les importateurs de constater qu’il est possible de «brander» les motos qu’ils font venir au Cameroun du nom qui leur convient le mieux.L’on est définitivement loin desYamaha, Kawasaki et Suzuki. Mais entre temps les principales villes des 10 régions du pays ontvu fleurir des conducteurs prêtsà vous emmener même où peude voitures tout terrain s’aventureraient. Et ce, à des prix défiant toute concurrence.

Précedent 1er Colloque international 15 – 18 février 2011
Suivant Anniversaire : l’Afd fête ses 70 ans à Yaoundé

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 288 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige www.villesetcommunes.info et présente l'émission de télévision www.villesetcommunes.tv

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Africités 2012: « On veut du business !»

Le président-maire de Cotonou, Nicéphore Soglo, a enthousiasmé la foule pendant son allocution lors de la cérémonie d’ouverture le 04 décembre 2012. L’ancien président du Bénin et maire de Cotonou,

Dossiers

De l’importance des enjeux

Au fil des éditions d’Africités et devant la complexité des problèmes à résoudre, les assises prennent des allures d’assemblées constituantes. C’est simplement parce qu’ils ont conscience d’inventer des solutions auxquelles

Dossiers

« Etre les inventeurs de l’avenir »

Anicet Akoa, Maire de Ngoulemakong et Vice-président des Cvuc Quel regard posez-vous sur le rôle de la catégorie d’élites à laquelle vous appartenez dans la construction récente du Cameroun? Je

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire