Action publique locale : autre regard

Le jeu des intérêts débattu

Que cela se joue dans un climat apaisé ou dans des joutes oratoires et épistolaires, le jeu d’intérêts des différents acteurs du territoire n’échappe à personne.

C’est sans doute dans sa posture de discutant que Stéphane Akoa, Chercheur à la Fondation Paul Ango Ela de géopolitique (Fpae) a aidé le débat à s’élargir pendant ce colloque. Ceci s’est vu notamment quand il a doublement questionné la posture de la société civile et son financement, la deuxième question ayant du reste été soigneusement évitée.

Mais la première a trouvé deux camps bien en place. D’une part, ceux qui voient la société civile dans son rôle de médiateur des autres acteurs du territoire. Et un deuxième camp qui lui voit un rôle beaucoup plus étendu, du fait même de la conjoncture, et qui serait un rôle de représentant, d’elle-même comme acteur territorial et surtout des populations. Et c’est ici que le bât blesse. Comment peut-elle se targuer de représenter des personnes qui ne l’ont pas élue face à d’autres qu’elle a effectivement plébiscitées? Les outils stratégiques, législatifs et réglementaires en vigueur donnent matière à réfléchir sur la place du citoyen dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi/évaluation des politiques publiques au niveau local. Surtout que les comportements affichés par les individus mettent sur la table l’opposition qu’il y a entre citoyen conscient de ses droits et devoirs, et l’habitant qui, «en résidence intermittente, garde avec sa ruralité d’origine un lien si fort que la ville a pour lui simple fonction de dortoir». Par ailleurs, l’aire de jeu des intérêts, l’espace public pose problème avec son découpage entre partie urbaine et partie rurale, dans la manière aussi avec laquelle certains revendiquent leur attachement à leur quartier; ou tout simplement dans la taille des communes d’arrondissement obligées, elles qui sont gérées par des élus, de lutter quotidiennement contre les communautés urbaines dirigées par des individus nommés.

Précedent Africités: l’avenir de l’Afrique locale au cœur de la réflexion à Dakar
Suivant 08 août 1914 - 08 août 2012: motus sur Martin Paul Samba

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 288 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige www.villesetcommunes.info et présente l'émission de télévision www.villesetcommunes.tv

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Guerre du droit à la Communauté Urbaine de Douala: aux sources de la discorde, la couverture santé

L’affaire a débuté par un sit-in général des employés de la communauté urbaine, le 10 avril 2017. Le personnel, une centaine environ, s’était réuni pour contester le traitement dont il

Dossiers

Hygiène publique et civilités: Nos villes, ces toilettes à ciel ouvert

Yaoundé : Interdit d’interdire d’uriner à tout vent En l’absence de toilettes publiques dans les principales villes du Cameroun, les populations, usagers de la voie publique, déversent spontanément à chaque coin

Dossiers

« Réussir à véhiculer notre vision du monde, le know-how ancestral »

Lydie Seuleu Tchok’sâ, Fondatrice du Pan. African Cultural Center Installée en Allemagne depuis plusieurs années, cette militante d’une Afrique qui se prend en charge assure la coordination internationale du programme

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire