Action publique locale : autre regard

Le jeu des intérêts débattu

Que cela se joue dans un climat apaisé ou dans des joutes oratoires et épistolaires, le jeu d’intérêts des différents acteurs du territoire n’échappe à personne.

C’est sans doute dans sa posture de discutant que Stéphane Akoa, Chercheur à la Fondation Paul Ango Ela de géopolitique (Fpae) a aidé le débat à s’élargir pendant ce colloque. Ceci s’est vu notamment quand il a doublement questionné la posture de la société civile et son financement, la deuxième question ayant du reste été soigneusement évitée.

Mais la première a trouvé deux camps bien en place. D’une part, ceux qui voient la société civile dans son rôle de médiateur des autres acteurs du territoire. Et un deuxième camp qui lui voit un rôle beaucoup plus étendu, du fait même de la conjoncture, et qui serait un rôle de représentant, d’elle-même comme acteur territorial et surtout des populations. Et c’est ici que le bât blesse. Comment peut-elle se targuer de représenter des personnes qui ne l’ont pas élue face à d’autres qu’elle a effectivement plébiscitées? Les outils stratégiques, législatifs et réglementaires en vigueur donnent matière à réfléchir sur la place du citoyen dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi/évaluation des politiques publiques au niveau local. Surtout que les comportements affichés par les individus mettent sur la table l’opposition qu’il y a entre citoyen conscient de ses droits et devoirs, et l’habitant qui, «en résidence intermittente, garde avec sa ruralité d’origine un lien si fort que la ville a pour lui simple fonction de dortoir». Par ailleurs, l’aire de jeu des intérêts, l’espace public pose problème avec son découpage entre partie urbaine et partie rurale, dans la manière aussi avec laquelle certains revendiquent leur attachement à leur quartier; ou tout simplement dans la taille des communes d’arrondissement obligées, elles qui sont gérées par des élus, de lutter quotidiennement contre les communautés urbaines dirigées par des individus nommés.

Précedent Africités: l’avenir de l’Afrique locale au cœur de la réflexion à Dakar
Suivant 08 août 1914 - 08 août 2012: motus sur Martin Paul Samba

Auteur

Kamdem Souop
Kamdem Souop 284 Articles

Écrivain, éditeur et spécialiste de communication sur le changement de comportement social, il dirige www.villesetcommunes.info et présente l'émission de télévision www.villesetcommunes.tv

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Dossiers

Douala : plus de clarté dans la gestion des marchés

La loi sur la fiscalité locale du 15 décembre 2009 est venue clarifier les rôles de chaque intervenant dans la gestion des marchés dans la capitale économique. Finis les conflits

Dossiers

Forum urbain mondial: Medellin s’ouvre au monde

Le 7ème Forum urbain mondial s’est tenu du 5 au 11 avril 2014 dans la ville de Medellin en Colombie. Une occasion de préparer l’agenda mondial de développement post 2015.

Dossiers

Yaoundé : Contestation et concertation au menu des marchés

Communauté urbaine et les commerçants sont en quête d’harmonie. 18 heures viennent de sonner ce lundi 10 février 2011. Le marché du Mfoundi à Yaoundé tarde à fermer ses portes.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire