Revue du portefeuille AFD-Cameroun

Revue du portefeuille AFD-Cameroun

Les parties française et camerounaise se sont retrouvées le 11 mars 2014 à l’hôtel Mont Febé de Yaoundé à l’effet de procéder à la revue du portefeuille de l’Agence française de développement (Afd) au Cameroun. L’occasion pour les deux parties d’aborder sans complaisance les obstacles qui bloquent la réalisation satisfaisante des conventions et projets qui s’y rattachent.

Ouvert par Emmanuel Nganou Djoumessi, ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), en présence d’Yves Boudot, directeur du département Afrique subsaharienne à l’Afd Paris, l’atelier a réuni les responsables des projets et programmes financés par l’Afd à travers notamment les prêts souverains mais aussi par les fonds du Contrat de désendettement et de développement (C2d) dont la consommation nécessite les avis de non objections du Secrétariat technique d’appui dédié à l’exécution du C2d (Stade C2d).

Il ressort des échanges une confirmation de ce qui s’est dit les 5 et 6 mars à Kribi lors d’un atelier qui a réuni les ministères des Finances (Minfi), des Marchés publics (Minmap) ainsi que les ordonnateurs de dépenses. Il s’agit notamment d’améliorer la gestion des activités relevant de la phase d’initiation des projets en s’assurant d’avoir désigné les personnes véritablement dédiées au projet, afin d’éviter qu’elles soient partagées enter leurs fonctions habituelles et celles liées au projet; améliorer les délais de passation des marchés, car à plus d’un titre l’avènement du Minmap a été un désavantage plutôt qu’un avantage pour certains des 17 projets et programmes ayant fait l’objet de conventions entre le Cameroun et l’Afd. Par ailleurs, les difficultés de mobilisation des fonds de contrepartie ne sauraient être occultés de même que l’actualisation des études techniques spécifiques.

Le Cameroun s’est engagé, une fois de plus, à régler rapidement ces obstacles qui relèvent davantage de lui tout en espérant que pour les projets et programmes qui fonctionnent harmonieusement, la partie française améliorerait les délais de signature des avis de non objection. Toutes choses qui devraient permettre de consommer les quelques 170 milliards (sur 213 du 2e C2d!!!) en souffrance à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac).

Précedent Douala valorise le recyclage
Suivant Pierre Helé lance le Redd+ du Pndp

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Filets sociaux : Plus de 31 milliards pour la deuxième phase

L’enveloppe fournie par la Banque mondiale vise à aider 250 000 personnes dans 80 000 ménages répartis dans 7 régions du pays.  La phase 2018 des filets sociaux est sur

Actu Cameroun

Mfou n’étanche pas la soif de Yaoundé

Les besoins en eau potable de la cité capitale demeurent intacts. Pourtant, le 31 janvier 2014, les responsables de la Camerounaise des eaux (Cde) et de la Cameroon water utilities

Actu Cameroun

Police : Une brigade pour les écoles

Au Cameroun, l’on connaissait certaines sections spécialisées de la police camerounaise opérant à l’intérieur des frontières nationales. Notamment : le Groupement mobile d’intervention (GMI), le Groupement spécial d’opération (GSO) et la

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire