Gouvernance locale: Plus de participation citoyenne dans la réalisation des projets

Gouvernance locale: Plus de participation citoyenne dans la réalisation des projets

La coopération allemande (GIZ) et le Fonds Spécial d’Equipement et d’Intervention Intercommunale (FEICOM) veulent donner sens au décret du 13 septembre 2013 portant création, organisation et fonctionnement des Comités de Suivi de l’exécution physico-financière du Budget d’Investissement Public (PIB) au Cameroun. Ce décret accorde une place prépondérante à l’implication des populations riveraines au suivi de la réalisation des projets financés par le BIP et d’autres organismes d’accompagnement tels que le FEICOM et le Programme National de Développement Participatif (PNDP) et les partenaires au développement.

Selon le Philippe Camille Akoa, le directeur général du FEICOM, le document de 80 pages en français et en anglais a pour mission de fournir un cadre d’harmonisation du processus participatif partant de l’identification du projet au suivi de sa mise en œuvre, en passant par sa conception et sa planification, en cohérence avec le cadre institutionnel mis en place par l’Etat pour le suivi citoyen des investissements publics au niveau local.

Ce document permettra à renforcer les capacités des conseillers municipaux dans leur rôle de relais communicationnel entre l’institution communale et les populations dont ils sont les représentants en ce qui concerne la prise en compte des besoins et attentes réels des citoyens dans la gestion des projets communaux.

Le guide pour la participation citoyenne au suivi des projets communaux financés par le FEICOM apparaît aussi comme un dispositif permettant aux élus locaux et aux acteurs des services de l’Etat de créer un climat propice à la transparence, au dialogue et à l’obligation de rendre compte à travers la société civile, de systèmes et de règles de bonne conduite, s’appuyant sur le cadre règlementaire et légal prévu à cet effet.

Concernant le citoyen, le guide vise à faciliter le regard des populations riveraines  sur la gestion communale et la cogestion des infrastructures et services publics. Le but final est de créer un climat de redevabilité des gestionnaires des collectivités territoriales décentralisées envers les populations.

Pour M. Akoa, les schémas pratiques offerts permettront aussi une meilleure appropriation des projets par les bénéficiaires. Avec pour finalité de garantir un meilleur usage et entretien des ouvrages réalisés dans les collectivités territoriales décentralisées du Cameroun.

Précedent Océan indien: La gestion des déchets préoccupe les élus locaux
Suivant Education: un guide pour l’exercice des compétences transférées

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Filets sociaux : Plus de 31 milliards pour la deuxième phase

L’enveloppe fournie par la Banque mondiale vise à aider 250 000 personnes dans 80 000 ménages répartis dans 7 régions du pays.  La phase 2018 des filets sociaux est sur

Actu Cameroun

Aménagement urbain. Yaoundé dévoile sa première plaque d’adressage

Elle a solennellement été dévoilée au quartier administratif le 25 janvier 2018, par le délégué du Gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna. La première plaque

Actu Cameroun

Transports urbains : des bus rapides bientôt à Yaoundé et Douala

En prélude aux compétitions internationales de football qui vont se dérouler au Cameroun en 2016 et surtout 2019, le Cameroun se prépare à doter ses deux plus grandes villes en

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire