BIP 2018: la version numérique du journal des projets est disponible

BIP 2018: la version numérique du journal des projets est disponible

On y trouve entre autres l’intégralité de toutes les opérations d’investissement public à réaliser et à livrer à partir de cette année.

Disponible depuis le début de l’année, le journal des projets détaille les plans à réaliser, particulièrement les opérations et les activités à effectuer durant l’année 2018 ; également les projets qui devraient être exécutés et livrés.

Le document présente page par page, l’évolution du Budget d’investissement Public (Bip) entre 2015 et 2018, la répartition du Bip par sources de financement, par zones d’intervention et par secteurs d’activités.

Il faut souligner que le budget d’investissement public 2018, qui coïncide avec la fin du second cycle triennal des programmes 2016-2018, est particulièrement centré sur l’achèvement des projets en cours, surtout ceux de première génération, la finalisation des infrastructures nécessaires à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de 2019, la poursuite de la mise en œuvre du Plan triennal spécial Jeunes et la sécurité aux frontières.

De ce fait, le montant consacré au Bip en 2018 est estimé à environ 1400 milliards de Fcfa en autorisation d’engagements et à près de 1292 milliards de Fcfa en crédits de paiement. L’on retient que le Bip cette année connait, en crédits de paiement, une baisse de 18,6% par rapport à l’exercice 2017. Il passe de 36,3% à 28,8% du budget global de l’Etat.

Il est aussi souligné dans le journal des projets que cette baisse est soutenue par toutes les grandes masses du BIP, en dehors des finances transférées aux Collectivités territoriales décentralisées qui, elles, ont augmenté. Elles passent alors de 13%, en 2017 à 16,2 % en 2018.

Selon Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat) « cette situation traduit la volonté du gouvernement d’accompagner le processus de décentralisation ». Il rappelle surtout que «  la préparation des grands projets de deuxième génération, pour permettre leur démarrage dès 2020 et la poursuite des investissements dans le cadre de la politique sociale du Gouvernement, constituent le socle du BIP 2018. »

Précedent Djibouti : l’Union Européenne et l’AIMF signent un partenariat pour renforcer les autorités locales
Suivant Transport urbain: 590 millions de FCFA pour la mobilité urbaine soutenable de Yaoundé et Douala

Auteur

Nadia Dicka Lobe
Nadia Dicka Lobe 97 Articles

Journaliste passionnée, elle fait ses débuts en presse écrite, puis en radio. Au fil du temps elle se familiarise avec la rédaction web. Récemment son travail est axé sur les questions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement local.

Voir tous les articles de cet auteur →

Vous pourriez aussi aimer

Actu Cameroun

Garoua : 40 milliards de fonds C2d pour la voirie

Le 17 janvier 2014, les grands conseillers et les autorités traditionnelles étaient réunis autour du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Garoua, Ahmadou Bouba, aux fins de

Actu Cameroun

HIMO : L’expérience qui vient de Sangmélima

Située dans la région du Sud, la commune de Sangmélima fait partie des premières terres d’expérimentation de l’application de l’approche HIMO au Cameroun. Le projet s’est étalé du mois d’avril à

Actu Cameroun

Le salaire des maires pour bientôt

Une fois de plus, la question de la rémunération des maires revient sur le tapis. La faute à Joseph Banadzem, député du Social Democratic Front (Sdf) du Bui-Centre le 28

2 Commentaires

Laisser un commentaire