Colloque : L’Afrique locale réunie à Cotonou

Colloque : L’Afrique locale réunie à Cotonou

La rencontre était organisée par la Coopération allemande au développement sous le couvert du Programme d’Appui à la structuration des processus de décentralisation en Afrique, la Conférence Africaine de la Décentralisation et du Développement local (CADDEL) avec à leurs côtés l’organisation panafricaine Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA). Les travaux qui ont duré du 26 au 28 mai 2014 dans la capitale du Benin, ont regroupé plus de 120 participants sur le thème : « La décentralisation à l’épreuve des nouveaux défis : regards croisés sur les acquis et les perspectives ».

Ce colloque a permis d’entrevoir le futur de la décentralisation dans les prochaines décennies en Afrique. C’est ainsi que les principales réflexions ont porté sur des domaines précis de l’évolution du processus de décentralisation en Afrique, notamment des aspects liés à la vision et au contenu des politiques de décentralisation et de l’organisation des structures administratives sur le territoire. Ils ont aussi évoqué les questions de responsabilité des gouvernements locaux et de leur contrôle dans un contexte de transferts budgétaires et fiscaux aux collectivités territoriales décentralisées.

Intégration régionale et continentale

Les participants issus des gouvernements des Etats du continent, de la société civile, des élus locaux et autres experts indépendants ont scruté les modalités de la démocratie locale en Afrique dans un contexte balisé par les organisateurs. Ainsi, en droite ligne des mutations dans la fourniture du service public au niveau local, les capacités et les ressources humaines ont occupé une place dans les débats. Tout comme les questions de coopération décentralisée et coopération transfrontalière entre collectivités locales, l’aménagement du territoire et le développement économique local.

Un point majeur a été accordé aux interactions entre les différents acteurs locaux, notamment dans le cadre de la cohabitation de légitimité au niveau du territoire local. Ce d’autant plus que, ces interactions présentent une portée significative pour la constitution d’un projet d’intégration régionale et continentale à partir des collectivités locales.29

Précedent Incendies répétitifs dans les ministères: Sécurité des bâtiments publics
Suivant ACHA VALENTINE, Ingénieur de génie civil, Directeur de la Construction au Ministère des Travaux Publics – Cameroun.

Auteur

Vous pourriez aussi aimer

Actu Afrique

Maroc: Boujdour voit grand avec sa nouvelle zone industrielle

Situé à 200 km de Laâyoune et 350 km de Dakhla, le site de la zone industrielle est implanté au sein du nouveau port de Boujdour La nouvelle zone industrielle

Actu Afrique

Maroc : le 1er forum des managers territoriaux s’est tenu du 18 au 21 septembre 2017

C’est le campus de l’UIR qui a abrité cette solennité qui a réuni 300 participants environ venant d’une quarantaine de pays africains. De concert avec le ministère de l’Intérieur du

Actu Afrique

Afrique Centrale: les maires et responsables des collectivités renforcent le dialogue avec la CEMAC

200 participants issus du Cameroun, du Congo, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, de République centrafricaine et du Tchad se sont réunis à Libreville pour l’Assemblée constitutive de l’Association des

0 Commentaire

Aucun commentaire pour l'instant!

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire